Expositions
Du 21/12/2023 au 05/04/2024

RUDOLF  NOUREEV à l’OPERA

L’une des plus grandes figures de la danse au XXe siècle.

A propos

Du 21 décembre 2023 au 5 avril 2024

RUDOLF  NOUREEV à l’OPERA
Bibliothèque-musée de l’Opéra

À l’occasion des 30 ans de la disparition de Rudolf Noureev, l’Opéra national de Paris a souhaité lui rendre hommage en programmant trois de ses productions à l’Opéra Bastille (Casse-Noisette : décembre 2023, Don Quichotte : mars et Le Lac des cygnes : juin-juillet 2024 ) et en proposant, du 21 décembre 2023 au 5 avril 2024, en partenariat avec la BnF, l’exposition « Rudolf Noureev à l’Opéra » qui retrace plusieurs facettes de cet immense artiste : de sa carrière de danseur et chorégraphe à celle de directeur de la Danse à l’Opéra sans omettre l’icône qu’il était devenu dans le monde entier .
..
Le 19 mai 1961, en tournée avec le Ballet du Kirov, Rudolf Noureev fait sa première apparition sur la scène du Palais Garnier dans La Bayadère.
Son succès est fulgurant. Le public découvre alors un interprète magnétique à la danse à la fois fougueuse et sophistiquée.

Noureev entre dans la légende alors qu’il n’a que 23 ans. Sa compagnie, le Ballet du Kirov  fait une tournée européenne et a pris ses quartiers à l’Opéra de Paris, depuis le 11 mai 1961. Noureev se fait remarquer sur la scène du Palais Garnier lorsqu’il lui est signifié, au Bourget, le 16 juin, qu’il doit rentrer à Moscou tandis que le reste de la troupe continue sa tournée à Londres. Échappant aux agents du KGB de manière rocambolesque, il parvient à se réfugier au poste de police de l’aéroport et à demander l’asile politique. Dans le contexte de la Guerre froide, il est érigé en champion de la liberté et défraye la chronique.
Ayant choisi de rester en Occident, sa carrière devient très vite internationale et il danse sur toutes les grandes scènes d’Europe et des États-Unis.

Il revient au Palais Garnier en 1966 avec l’une de ses partenaires privilégiées, Margot Fonteyn, pour danser Marguerite et Armand.
À partir de 1967, il est régulièrement invité à l’Opéra de Paris pour interpréter les grands rôles du répertoire aux côtés de Noëlla Pontois et Ghislaine Thesmar qui deviennent rapidement ses partenaires de prédilection. Il se fait également remarquer dans les œuvres créées par les Ballets russes.

Nommé directeur de la Danse de l’Opéra en 1983, il garde un statut particulier qui lui permet de se produire sur scène dans 40 représentations par saison.
Il dansera ainsi dans tous les ballets qu’il crée ou remonte pour la Compagnie.
Sensible aux autres langages chorégraphiques, Rudolf Noureev danse également dans les ballets de Roland Petit , Jerome Robbins, Glen Tetley avec Carolyn Carlson, Martha Graham Pierre Lacotte et Maurice Béjart dont Le Chant du compagnon errant sera le dernier ballet qu’il interprétera sur la scène du Palais Garnier, en 1990.

En tant que directeur de la Danse, il a notamment en charge la programmation des ballets, la distribution des danseurs et la nomination des Étoiles (Sylvie Guillem, Isabelle Guérin, Élisabeth Maurin, Manuel Legris, Lauren Hilaire), mais c’est plus encore sa personnalité, sa passion et sa discipline qui marquent toute une génération
et donnent une impulsion nouvelle au Ballet. Des tournées internationales, en particulier aux États-Unis, scandent son mandat et obtiennent un succès retentissant.

Passionné de cinéma depuis sa plus tendre enfance, Noureev participe également à des longs métrages : en 2018,le long-métrage de Ralph Fiennes consacré à Noureev renforce encore la dimension iconique de celui qui reste l’une des plus grandes figures de la danse au XXesiècle.
Le 31 août 1989, Noureev quitte ses fonctions, un mois après l’inauguration de l’Opéra Bastille

Les  Ballets de Rudolf Noureev

De l’œuvre chorégraphique de Rudolf Noureev se dégagent deux grands ensembles distincts : les ballets issus du seul fruit de son esprit créatif, d’une part, et ceux hérités d’illustres prédécesseurs qu’il découvre lors de son apprentissage et de ses débuts au Ballet du Kirov et pour lesquels il propose une relecture personnelle,

Les  Ballets de Rudolf Noureev au répertoire de l’Opéra de Paris
:
3 octobre 1974 – La Bayadère  Palais Garnier Création à l’Opéra
20 novembre 1979- Manfred – Palais des Sports Création mondiale
6 mars 1981- Don Quichotte Palais Garnier Création à l’Opéra
5 novembre 1983 – Raymonda Palais Garnier Création à l’Opéra
9 mars 1984  – La Tempête Palais Garnier Création à l’Opéra
16 avril 1984 – Bach-Suite Théâtre des Champs-Élysées Création mondiale
19 octobre 1984 – Roméo et Juliette Palais Garnier Création à l’Opéra
20 décembre 1984 – Le Lac des cygnes Palais Garnier Nouvelle production
6 juin 1985  – Washington Square Palais Garnier Création mondiale
19 décembre 1985 – Casse-Noisette Palais Garnier Nouvelle production
25 octobre 1986  – Cendrillon Palais Garnier Création à l’Opéra
18 mars 1989 –  La Belleau bois dormant Palais Garnier Nouvelle production
8 octobre 1992  – La Bayadère Palais Garnier Création à l’Opéra

Informations pratiques

Adresse : 8, rue Scribe 75009 Paris – Téléphone : 33(0)1 53 79 59 59
À l’occasion de l’exposition, un album « Rudolf Noureev à l’Opéra » est mis en vente dans les librairies-boutiques de l’Opéra.
L’album retrace le parcours à l’Opéra du danseur, chorégraphe et directeur de la Danse à travers plus de 80 photographies, textes et repères chronologiques.
Dimensions : 28,5 cm X 21,5 cm – Nombre de pages : 120 – Prix : 29euros