Musique
Le 07/10/2022

NICOLAS STAVY – CHOSTAKOVITCH INCONNU

TRANSCRIPTION DE LA SYMPHONIE N° 14 DE CHOSTAKOVITCH : PREMIÈRE MONDIALE

A propos

Le 7 Novembre 2022 à 20h.

Concert à la PHILHARMONIE DE PARIS – 221 avenue Jean-Jaurès, 75019 Paris

SYMPHONIE N° 14 – Transcription par le compositeur pour piano percussions, soprano et basse.
Le programme de ce concert est présenté en avant-première de la sortie du disque. –
(CD à paraître chez BIS en janvier prochain)

Fruit de quatre années de préparation par Nicolas Stavy, le programme, composé presque exclusivement de premières mondiales, réunit des pièces pour piano solo, un mouvement inachevé de sonate pour violon et piano, l’étonnante transcription pour 4mains du début de la 10e symphonie de Mahler et la gigantesque symphonie n° 14 transcrite par Chostakovitch pour piano, percussions, soprano et basse, avec les pianistes Cédric Tiberghien et Nicolas Stavy, Florent Jodelet, percussionniste, Ekaterina Bakanova, soprano, Alexandros Stavrakakis, basse

RÉCIT D’UNE DÉCOUVERTE PAR NICOLAS STAVY

TRANSCRIPTION DE LA SYMPHONIE N° 14 DE CHOSTAKOVITCH : PREMIÈRE MONDIALE
« Comment expliquer que l’écoute d’une musique évoquant la mélancolie, la solitude ou la mort puisse provoquer la sensation décuplée d’être profondément vivant ?
Tel est le paradoxe
qui m’a frappé lorsque j’ai découvert la 14e symphonie de Chostakovitch il y a des années.

Grâce à E.Utwiller, directeur de l’Association Internationale Chostakovitch, j’ai fait la connaissance en 2010 de l’épouse du compositeur. J’ai pu accéder grâce à eux à la partition d‘une transcription pour piano, percussions, soprano et basse de la 14e symphonie par l’auteur qui n’a jamais été jouée en concert ni même enregistrée !
Chostakovitch, malade et fatigué, a tenu à la réaliser lui-même depuis sa
chambre d’hôpital en 1969. Il ne s’agit pas seulement d’un arrangement mais bel et bien d’une véritable œuvre à part entière.

Alors qu’une version pour effectif réduit pourrait sonner étriquée, simplifiée, cette partition ne traduit certes pas toute la puissance d’un  orchestre, mais elle gagne par contre en lisibilité,en contrastes et en subtilité.
Ces magnifiques poèmes de Rilke, Apollinaire, Lorca deviennent des Lieder plus que des airs d’Opéra : la grandeur des textes et la puissance des atmosphères dans lesquelles cette musique plonge l’auditeur deviennent encore plus intenses.
En effet, la proximité des interprètes donne alors accès à des nuances très
intimistes.

Par ailleurs, l’étude approfondie du manuscrit de ce quatuor, montre à quel point Chostakovitch a réfléchi, modelé avec précision cette version en modifiant plusieurs  passages afin qu’ils sonnent mieux.
L’opus 135 – que le compositeur
considérait comme l’une de ses plus grandes œuvres – était donc bien destiné à être également joué sous cette forme.

Cette œuvre est écrite dans un langage musical très accessible malgré son exécution redoutable pour les interprètes.
Je suis honoré d’être
entouré pour ce programme de la soprano russe Ekaterina Bakanova, de la basse Alexandros Stavrakakis et du percussionniste Florent Jodelet.
Notre travail de quatuor s’est
concentré dans cette perspective commune de traduire l’intensité et le contraste de cette musique chargée d’atmosphères et de climats changeants et variés.
La création 
mondiale de l’œuvre, affiche complet plus de 2 mois avant l’évènement.

Quelle fierté pour nous d’être les tout premiers à interpréter et à enregistrer ce chef-d’œuvre !
« (N.Stavy)

Programme

PROGRAMME ET DISTRIBUTION DU CONCERT DU 7 NOVEMBRE
Bach – György Kurtag – Gottes Zeit ist die allerbeste Zeit –
Beethoven – Bagatelles op. 126 (extraits)
Chostakovitch – Quatre pièces (création française)

Chostakovitch, Gustav Mahler – Symphonie n° 10 (transcription pour piano à quatre mains)
et Symphonie n° 14 (création mondiale de la  transcription pour piano, percussions, soprano et basse)
 Nicolas Stavy, piano, Cédric Tiberghien, piano, Florent Jodelet, percussions, Ekaterina Bakanova, soprano, Sulkhan Jaiani, basse