Cinéma
Le 16/10/2021

KOUNACHIR

En présence du metteur en scène

A propos


Le 16 octobre. 2021
de 20h à 21h45 – Dans le cadre de « Fenêtre sur festivals » au Cinéma 2 – Centre Pompidou (Place Georges Pompidou Paris 75004)

Projection du film-documentaire  KOUNACHIR de Vladimir KOZLOV (France, 2019, couleur, 1 h 11 min)
Grand prix « Traces de vies 2020 » précédé  il bianco ,d’ Alessandra Celesia et en présence de Vladimir KOZLOV et d’ Alessandra Celesia
.

Kounachir est une île de l’archipel des Kouriles, possession japonaise annexée par l’URSS en 1945, dont les Nippons furent chassés avec interdiction d’emporter quoi que ce soit. Les tombes de leurs mort furent envoyées au fond du lac
Aujourd’hui, l’île est surtout recouverte de terrains vagues et de décharges.

Sur l’Île de KOUNACHIR, terre russe en sursis, jonchée de déchets, de maisons désespérées et de chars fantoches, le regard de Vladimir KOZLOV, tel un esprit flottant, capte avec une puissance et une simplicité troublantes la poésie inaltérable de l’âme humaine face à la vacuité d’un pouvoir absurde et obstinément destructeur.

Synopsis

Ce film s’enroule autour de la quête délicate d’hommes russes insolites, solitaires, mais libres, exhumant inlassablement avec leur pelle les vestiges envoûtants et la mémoire du peuple japonais exilé avec une insondable violence par l’armée rouge en 1946.

Cette construction à la fois sobre et mystérieuse, ranimant des photos d’archives bouleversantes au cœur des traces minérales gravées de signes, dévoile peu à peu que les Japonais n’ont en fait jamais quitté les lieux.

Il apparaît dans le film – alors qu’aucun traité de paix n’a pu être signé depuis 75 ans – qu’une alliance réparatrice et harmonieuse entre les deux peuples est profondément espérée. Peut-être l’œuvre secrète des Aïnous, ethnie russo-japonaise amie de la forêt et de l’homme aux chiens…

Qui sait, le film de Vladimir KOZLOV pourrait contribuer à un avenir pour les Îles Kouriles, c’est parfois la force magique du cinéma et la raison d’un Grand Prix.