Actualités
Du 05/10/2021 au 23/01/2022

ILYA REPINE – Peindre l’âme russe

Première rétrospective française consacrée à Ilya Répine, l’une des plus grandes gloires de l’art russe.
Des légendes aux grands classiques, de la Russie ancestrale des tsars à celle des révolutions, l’âme russe s’exprime à la croisée des arts

A propos

Du 5 octobre 2021 au 23 janvier 2022,  le Petit Palais présente la première rétrospective française consacrée à Ilya Répine, l’une des plus grandes gloires de l’art russe.

Grâce à une scénographie immersive et des prêts exceptionnels, le parcours de l’exposition plongera les visiteurs dans la Russie des tsars et des révolutions, et présentera la diversité des sujets et des styles développés par Répine au cours de sa carrière: un vaste panorama pour mieux découvrir ce peintre de l’âme russe.
Peu connue en France, son œuvre est pourtant considérée comme un jalon essentiel de l’histoire de la peinture russe des XIXe et XXe siècles.
Une centaine de tableaux, permettront de retracer son parcours à travers ses chefs-d’œuvre.
  Figure incontournable du monde de l’art de l’époque, Répine s’intéresse aux différents aspects de la vie culturelle : littérature, musique, sciences… Il est très proche de nombreuses personnalités russes comme  Tolstoï,  Moussorgsky ou encore Trétiakov.
Témoin de tous les bouleversements de la Russie de son temps, Répine est particulièrement attentif aux profondes mutations
historiques et sociales que connaît son pays et en fait l’écho à travers ses œuvres.
Artiste, mais aussi professeur, théoricien de l’art et écrivain, son travail s’étend au-delà même des frontières russes. Grand voyageur, il découvre l’art français dans les années 1870 et participe avec succès aux Expositions universelles parisiennes.

Biographie succincte

Ilya Répine naît en 1844 dans une famille de serfs. Il se forme à la peinture d’icônes dans son village natal puis commence ses études à l’école de dessin de la Société d’encouragement  des artistes.
Il débute sa carrière à l’Académie impériale des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg. Associé au courant réaliste, il rejoint ensuite le groupe des Ambulants, qui prônent une peinture qui s’inspire de la vie du peuple russe.
Sa première œuvre majeure, Les Haleurs de la Volga (1870-1873) assoit immédiatement sa réputation.


Artiste, mais aussi professeur, théoricien de l’art et écrivain, son travail s’étend au-delà même des frontières russes.
Grand voyageur, il découvre l’art français dans les années 1870 et participe avec succès aux Expositions universelles parisiennes.

Dès les années 1860, Répine réalise un grand nombre de portraits de sa famille et de son entourage proche, qu’il peint avec tendresse et réalisme. Portraitiste prolifique, il va représenter la plupart des figures artistiques majeures de son temps, ( compositeurs du «Groupe des Cinq»,  Tourgueniev, Tolstoï, etc)

L’ancienne Russie lui inspire plusieurs grands tableaux spectaculaires, à l’instar des Cosaques zaporogues écrivant une lettre au sultan de Turquie (1880-1891), l’une de ses œuvres les plus célèbres.

Fasciné par les mouvements populistes qui remettent  alors violemment en question le régime tsariste,il accepte néanmoins plusieurs grandes commandes du pouvoir : il se voit  notamment confier la composition monumentale  » Alexandre III recevant les doyens des cantons » (1886), le Portrait de Nicolas II (1896) ainsi que d’autres commandes officielles importantes. Les Révolutions de 1905 et de 1917lui permettent aussi de saisir l’actualité et d’interroger l’histoire de la Russie.
Professeur puis recteur de l’Académie impériale des BeauxArts de Saint-Pétersbourg, il observe la scène artistique et forme de nombreux élèves
En 1903, Répine s’installe définitivement dans sa maison des Pénates, à Kuokkala (actuellement Répino), dans l’ancien grand-duché de Finlande alors rattachéà l’Empire russe.
Là, il continue à peindre, à expérimenter et à recevoir de nombreuses visites.
En 1918, avec la proclamation de l’indépendance de la Finlande, Répine devient un exilé malgré lui. Il refuse néanmoins toutes les invitations du régime soviétique pour tenter de le faire rentrer.
C’est là, à quelques kilomètres de Saint-Pétersbourg, devenue Léningrad, que Répine finit ses jours, en 1930, à l’issue d’une carrière qui aura épousé tous les bouleversements de son temps.

Informations pratiques

Evénements en complément de l’exposition
Dans l’exposition : commentaires d’œuvres par les étudiants de l’Ecole du Louvre
Dans la galerie sud : lectures de textes de littérature russe et interventions musicales par des comédiens et musiciens du conservatoire du 8earrondissement
Auditorium : Entrée libre dans la limite des places disponibles (182 places) Conférences – Concerts

ÉVÉNEMENT : LE PETIT PALAIS FÊTE LE JOUR DE L’AN RUSSE
Vendredi 14 janvier 2022 / Public 18-30 ans

Adresse : Petit Palais- Avenue Winston Churchill 75008 Paris -Tel : 01 53 43 40 00
Site Officiel

(Invitations dans la stricte limite des disponibilités)